Manger un aïoli, en Provence, une sorte d’évidence…

Manger un aïoli, en Provence, une sorte d’évidence…

Place de l’Hôtel de ville d’Aix, 1930

Jaume Guiran (Jacques Guiran dit), Place de l’Hôtel de ville d’Aix, 1930

On est peut-être vendredi. En Provence, quelque part entre Arles, Avignon, Aix, Marseille et pourquoi pas au Paradou ! Il fait froid, le Mistral vraisemblablement. Le vent emmène les feuilles des platanes majestueux qui font leur ombre. La belle lumière est là. Bientôt, on sera tous autour de la table. L’aïoli sera dur et odorant, d’un jaune délicieusement vert. Le triomphe de l’ordinaire. Les oeufs durs, les carottes fumantes et tendres, la morue onctueuse, le pain, les escargots, les patates… On ouvrira un rosé de Matthieu très frais. miam-miam. Quelque chose d’irrésistible…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *